Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est PNRT. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est PNRT. Afficher tous les articles

jeudi 12 octobre 2017

[Pouët] Au #ForumSanté Libération, Agnès Buzyn bloque les questions qui dérangent

Ce qui est bien dans l'entre-soi, c'est qu'on n'est jamais dérangé. Invitée hier soir au Forum Santé organisé par le quotidien Libération, Agnès Buzyn ne goûte pas les questions dérangeantes. Depuis sa prise de fonction, la Ministre de la santé négocie avec les buralistes et le Ministère du budget un agenda de hausses des cigarettes suffisamment progressif pour ne pas ébranler ce marché. Dans le même temps, elle snobe les associations sur le terrain de la réduction des méfaits à l'aide du vapotage. La Ministre a simplement méprisée une demande d'entrevue envoyée conjointement en juillet par l'Aiduce, association des usagers du vapotage, et Sovape, association favorisant le dialogue entre les différents acteurs sur cette question aux multiples aspects. 

Alors lorsque sur le fil de son compte twitter apparaît hier des questions sur le sujet, la Ministre, ou plus probablement son spin doctor, a simplement actionné la fonction blocage des importuns. Ainsi les tweets gênants ont disparu de son fil. Pourtant quelques minutes auparavant, la Ministre insiste sur l'importance d'être à l'écoute des usagers du système de santé.
Mais le ressenti d'usagers sur son étrange démarche de politique de santé concernant le tabagisme ne semble pas devoir être mieux intégré. Au moins lorsque celui-ci surgit à la manière d'un troll, cette attitude un peu désespérée face au mépris des tenants d'un débat pour tenter de faire valoir une thématique passée sous silence par l'élite communicante. Les penseurs de l'entre-soi détestent.
Les choses se précipitent et s'aggravent. Le premier troll hirsute (moi-même, si vous n'avez pas saisi ;) ) se voit relancé par une vapoteuse soulignant que la question concerne aussi des femmes.

Aux deux effrontés osant faire surgir une question concernant potentiellement 16 millions de français, dont la majorité de couches populaires, dans une discussion bornée aux mœurs de la caste mandarinale, la réponse est: rien. Le blocage. Pour l'une et l'autre (je ne sais pas dans quel ordre, mais à peu de temps près).



Levons le suspens éventé du "débat". La Ministre trouve évidemment qu'il faut faire des efforts mais que tout ne va pas si mal sur la question de la place des femmes dans les élites médicales.

Pour ce qui est du débat interdit concernant la place de la population dans la santé publique, son message implicite est plus claire. Les lobbys passent avant. Au moins en ce qui concerne le tabagisme et la pléthore de maladies engendrées pour le bonheur des vendeurs de médicaments.

A six mois de l'annonce d'un nouveau Plan national de réduction du tabagisme (PNRT), pour remplacer la fumisterie précédente de Marisol Touraine, on peut honnêtement douter que quoi que ce soit ne change au royaume de France. Les bleus n'ont pas décroché le titre de vice-champions d'Europe du tabagisme par hasard. C'est là, un art consommé et parfaitement maîtrisé de la caste dirigeante sur le sujet. Evidemment, il ne faudrait pas mettre "tout le monde dans le même sac". Mais Agnès Buzyn prend visiblement ses dispositions pour surtout ne pas en sortir de ce sac de l'entre-soi des mêmes.


mardi 12 septembre 2017

En France, les associations de vapoteurs scandaleusement snobées par la Ministre A. Buzyn

Une honte. En pleine préparation d'un nouveau Plan Tabac, Agnès Buzyn, Ministre de la santé française, n'a toujours pas jugé utile de répondre aux associations d'usagers du vapotage. L'Aiduce, représentante des intérêts des trois millions de vapoteurs, et Sovape, groupe actif pour le dialogue entre usagers, scientifiques et politiques autour de l'outil de réduction des méfaits et de sortie du tabagisme, sont tout simplement snobées. Aucune réponse, même de simple politesse, à leur courrier commun du 20 juillet"Alors que le gouvernement annonce un nouveau plan anti-tabac pour fin septembre, et que les buralistes semblent avoir porte ouverte au ministère, l'absence d'audition des associations de la vape, consommateurs et réduction des risques, est pour le moins inquiétante, quant aux orientations à venir", rappellent aujourd'hui les deux associations.

La France vice-championne d'Europe du tabagisme

Dans leur lettre du 20 juillet dernier, l'Aiduce et Sovape espéraient attirer l'attention de la Ministre sur "les preuves concrètes de la performance du vapotage et les points d’urgence à modifier dans la législation pour faciliter l'arrêt aux fumeurs actuels qui le souhaitent et cesser ses effets délétères sur les ex-fumeurs que nous sommes". Depuis le dernier Eurobaromètre a consacré Agnès Buzyn du titre de Ministre vice-championne d'Europe du tabagisme, à égalité avec la Bulgarie, avec 36% de fumeurs, juste derrière la Grèce sinistrée.
En France 36% de fumeurs, au Royaume-Uni 17%, en Suède 7%

Préférant les approches aussi creuses qu'un paquet neutre en fin de journée, les dirigeants français continuent de mépriser les politiques efficaces. Quand le Snus permet aux Suédois de réduire leur tabagisme à 7%, et le vapotage à moins de 17% des britanniques, la bureaucratie française se bouche les oreilles. "La vape est une opportunité pour la santé publique. D’autres pays, comme le Royaume-Uni ont su la saisir en appliquant une politique incitative. Leur modèle fondé sur la bienveillance et le pragmatisme permet aujourd’hui d’afficher outre-manche la prévalence tabagique la plus basse d’Europe, hormis la Suède qui a refusé l’interdiction du SNUS depuis 1992 pour rejoindre l’Union Européenne", expliquent l'Aiduce et Sovape dans leur courrier de juillet, soutenu par le Dr Jean-Pierre Couteron, de la Fédération Addiction, et le Dr William Lowenstein, de SOS-Addiction.

Le silence pour toute réponse de la Ministre Agnès Buzyn est une honte. 

Avec des conséquences humaines catastrophiques alors que le vapotage est un moyen de réduire les méfaits de la principale cause de maladies évitables.