Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est Cancer Research UK. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Cancer Research UK. Afficher tous les articles

mardi 30 janvier 2018

Commentaires de scientifiques au buzz sur les risques de cancer et vapotage [MàJ]

Hyun-Wook Lee, de l'Université de New-York, signe une étude sur l'impact de l'aérosol de vapotage sur des cellules et des souris, en voie de publication dans la revue PNAS (*). N'ayant pas eu accès à l'étude, je me limite ici à rapporter quelques éléments et réactions. 

Edit 9h30 (merci Fabien) : elle est en ligne http://www.pnas.org/content/early/2018/01/25/1718185115 
Dans US News, Moon Shong Tang, co-auteur de l'étude, déclare que "nous avons trouvé que l'aérosol de liquide de vapotage sans nicotine, le solvant seul, ne provoque aucun dommage à l'ADN". [Edit: en fait, cela n'a pas été testé dans l'étude !!!]Par contre, lorsque les chercheurs ont fait inhalé de force à des souris de 10 à 20 grammes un aérosol contenant 10 mg de nicotine à raison de 3 heures en continu par jour, 5 jours par semaine durant 3 mois, "le solvant d'e-cigarette avec nicotine a provoqué des dommages similaires à la nicotine seule", précise Moon Shong Tang.
Dans le Guardian, le même chercheur déclare que les dommages constatés à ces doses massives de nicotine pour une souris seraient équivalents à ceux constatés chez les humains avec le tabagisme passif. Mais dans US News, il déclare qu'avec ces données, on ne peut encore rien dire sur d'éventuelles conséquences cancéreuses: "Nous ne pouvons juste pas deviner avec les données que nous avons".
Du côté des experts britanniques du Science Media Centre, deux déclarations ont été publiées: 

Le Pr. Peter Hajek, directeur de l'unité de recherche sur la dépendance au tabac de l'Université Queen Mary de Londres (QMUL), déclare:

"Les cellules humaines ont été submergées dans de la nicotine et dans des nitrosamines carcinogènes achetées sur le marché. Il n'est pas surprenant bien sûr que cela endommage les cellules, mais cela n'a aucun rapport avec les effets du vapotage sur les personnes qui l'utilisent.

"Dans l'autre partie de cette étude, les animaux ont été exposés à ce qui sont pour eux des doses extrêmement importantes de nicotine et cela a également généré des dommages, mais cela aussi a une pertinence peu claire pour les effets du vapotage.

"Aucune comparaison avec les cigarettes conventionnelles n'a été faite, mais dans le texte de l'article, les auteurs reconnaissent l'information clef d'une importance cruciale dans cette histoire: les vapoteurs montrent une réduction de ces produits chimiques de 97% par rapport aux fumeurs. Ils auraient dû ajouter que c'est peut-être le niveau que les non-fumeurs obtiennent de leur environnement." 

Le Dr Ed Stephens, chercheur principal à l'Université de St Andrews - et qui a menée une meta-analyse sur le risque cancérigène du vapotage l'an passé que j'avais résumé -, déclare:
" Cette nouvelle recherche est une contribution précieuse à la compréhension des mécanismes de dommages à l'ADN causés par les aérosols contenant de la nicotine inhalés en fumant des cigarettes ou en vapotant. En mesurant les signes d'altération de l'ADN dans divers organes de la souris, les auteurs ont observé des différences significatives entre les expériences utilisant des vapeurs d'e-cigarette contenant de la nicotine et celles utilisant de l'air filtré.

"Malheureusement, aucune comparaison directe n'a été faite avec la fumée de tabac; au lieu de cela, les auteurs citent une autre étude 1 qui a trouvé un biomarqueur clef lié à de tels dommages génétiques présents dans des quantités beaucoup plus petites (97% de moins) dans l'urine des vapoteurs que chez les fumeurs.

"Cette étude et cette nouvelle recherche sont toutes deux conformes à l'opinion largement répandue selon laquelle le vapotage n'est pas sans risque de cancer et d'autres maladies, mais ce risque est généralement beaucoup plus faible que le tabagisme."


Du côté italien, les experts de la Lega Italiana Anti-Fumo (LIAF) ont dégonflé la baudruche sur le site de la RAI, la chaine de télé nationale.

Le Pr Riccardo Polosa, de l'Université de Catane, fondateur et directeur scientifique de la Ligue anti-fumée italienne (Liaf): 

"La méthode décrite par les auteurs n'imite pas les conditions normales d'utilisation des produits de vapotage". "Les conditions reproduites dans ces expériences sont exagérées et favorisent la production de substances toxiques au même titre qu'un" grille-pain "qui brûle du pain de mie. Nos études sur des patients souffrant de maladies pulmonaires démontrent non seulement l'absence de dommages mais mettent en évidence les mêmes améliorations qui peuvent être obtenues en arrêtant de fumer ".

Le Pr Fabio Beatrice, de l'Université de Turin et directeur de Otolaryngology SC et du Centre Anti-fumée de Saint-Jean Bosco à Turin :

 "Ce sont des nouvelles qui vivent d'un malentendu fondamental d'abord culturel puis scientifique, il est donc nécessaire d'identifier la perspective correcte à partir de laquelle analyser le scénario du vapotage. L'e-cig produit une quantité de cancérigènes et d'irritants clairement inférieure en comparaison du tabagisme traditionnel. La production de substances cancérigènes dans le vapotage a été largement étudiée et lorsque cette quantité est correctement analysée, et qu'elle est comparée à la production de cancérogènes dans les cigarettes traditionnelles, il est démontré que le vapotage produit au moins 95% moins de substances nocives que la fumée normale des produits du tabac traditionnels.  

« La vraie info est que le vapotage est une alternative formidable pour les gros fumeurs qui ne peuvent pas ou ne veulent pas arrêter de fumer C'est de la réduction des risques, et c'est sur ce point - et non pas l'inverse - que nous devrions nous concentrer si nous voulons vraiment offrir une alternative acceptable aux fumeurs traditionnels et affronter, de manière pragmatique et non idéologique, la véritable tragédie liée au tabagisme: les 80 000 morts par an causés en Italie par les cigarettes traditionnelles, dont nous sommes peut-être un peu «accro», et qui risque maintenant de ne plus faire de nouvelles ».

Ajout de note personnelle (après accès à l'étude). Selon la brève de l'ATS (que je croyais en grève, mais bref...) reprise par le site de la RTS, les doses de nicotine "vapotées" par les souris équivaudrait à 10 ans de vapotage pour un humain. Dans le texte de l'étude, je n'ai pas vu une telle équivalence être affirmée.

Mais l'étude donne les détails des doses administrées : deux réservoirs de 1,6 ml par jour remplis par un liquide concentré à 10 mg/ml de nicotine, 5 jours par semaine, durant 12 semaines. Ce qui fait qu'une souris pesant moins de 20 grammes a inhalé 1920 mg de nicotine durant ce test.

Pour un humain de 60 Kg (d'une masse d'au moins 3'000 fois plus importante), cela équivaudrait à inhaler 5,76 kg de nicotine. En postulant une consommation de 30 mg de nicotine par jour (ce qui me parait une consommation fréquente chez des "forts" usagers de vapotage, mais c'est un chiffre que je pose de manière arbitraire), cela représenterait 192'000 jours de vapotage, soit environ 526 années. 
Comment l'équivalence à dix années de vapotage a été obtenue m'intrigue...???

Edit 21h30: Après une discussion téléphonique avec Charly Pairaud du Laboratoire français du e-liquide (LFEL), coincés entre les gosses à coucher et la longue journée. Mon "calcul" - qui n'était qu'une contre-hypothèse à l'équivalence postulée entre ce régime de vapotage des souris et celui d'un humain -  est selon toute vraisemblance biaisé par l'absence de prise en compte des dilutions dans l'air de l'atomiseur et de la "cage" des souris. Reste que l'équivalence postulée de dix ans de vape humaine est discutable. Mais surtout (comme le remarquait le Vaping Post ce matin), utiliser une toxicité en dose aiguë pour simuler un effet à long terme est une aberration.

Le Vaping Post [add 10h30] pour sa part souligne la non congruence entre des doses concentrées et leur consommation étalée dans le temps, postulée par les chercheurs : "Cette étude revient à exposer des sujets à 106 fois la dose journalière d’un consommateur de nicotine, produit dont la toxicité est avérée en cas de surdosage… De surcroît, le matériel utilisé pour l’expérience ressemble à du matériel standard, non prévu pour une utilisation intensive excédant de 100 fois le cahier des charges de sa conception". 
En somme, manger 1 kilo de chocolat en une journée n'informa pas sur les risque d'indigestion de manger 1 kg de chocolat dans l'année... d'autant plus si ce chocolat englouti dans la journée est brûlé par une machine à peine surveillée.

Dans Paris-Match [add 21h30], où Vanessa Boy-Landry déconstruit joliment le buzz qui tue avec les intervention de Bertrand Dautzenberg et Jacques le Houezec notamment:

Le Pr B. Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de la Salpétrière (Paris), déclare: "On n'est pas dans la vérité scientifique, mais dans la manipulation. D'abord, les conditions dans lesquelles l'expérimentation est réalisée ne sont absolument pas représentatives de l'exposition humaine. Elle montre des anomalies cellulaires en exposant des souris à des quantités de nicotine considérables, beaucoup plus qu'on peut le faire avec une cigarette électronique habituelle. Ensuite, on fait des extrapolations de la souris à l'homme, et enfin on ne compare pas l'effet du vapotage à celui de la fumée du tabac" 
"Aujourd'hui, on sait que la nicotine est toxique, irritante pour les voies respiratoires, et addictive. Raison pour laquelle il n'y en a pas plus de 2% dans les e-liquides. Aux quantités consommées par un vapoteur, il existe une légère toxicité, mais infiniment moindre que celle du tabac fumé"
"Globalement, nous sommes inondés de fausses nouvelles de ce genre. Les journaux scientifiques veulent aussi faire du buzz. Ils jouent au "Sun" anglais en rédigeant des communiqués de presse qui contredisent parfois les études elles-mêmes. C'est un moyen d'avoir toutes les couvertures et d'augmenter leurs revenus"
"Le résultat est que certains vont arrêter de vapoter et reprendre le tabac. Une nouvelle comme celle-là est susceptible de tuer des gens. Cela va totalement à l'encontre de la santé publique. Le travail des chercheurs, c'est de sauver des vies, pas de tuer des gens."

Jacques Le Houzec, pharmacologue et tabacologue, rappelle une étude similaire plus ancienne, qui "contredit totalement" celle-ci : "Les rats étaient exposés à un aérosol de nicotine à une concentration donnant une nicotinémie double de celle observée chez de gros fumeurs. Durant 20 heures par jour, 5 jours par semaine, sur une durée de 2 ans. Aucune augmentation de mortalité, d'athérosclérose ou de fréquence des tumeurs n'a été observée chez ces rats par rapport au groupe contrôle. En particulier, pas de tumeur pulmonaire microscopique ou macroscopique, ni augmentation des cellules endocrines pulmonaires. Par contre, le poids des rats exposés à la nicotine était plus faible que celui des rats contrôles"


Pour finir (minuit), Leio croque la liquidation du mois sur son blog où il publie un dessin quotidien ;)
Coup de gueule sur le traitement médiatique de l'AFP de Sébastien Beziaux sur son blog Vap'You : "Des fumeurs mourront prématurément dans quelques dizaines d’années, sans avoir « oser » essayer la vape, à cause de ces études poubelles, à cause de ces agences de presse, à cause de ces journalistes qui ne font pas leur job, à cause de ces médias qui perdent leur âme et leur conscience en cédant à l’appel du buzz et ne s’honorant plus de leur rôle, informer, enquêter, vérifier."... à lire sur son blog ;)

[31-01-2018 à 11h30] En Allemagne, la Dr Ute Mons, directrice du centre allemand de recherche sur le cancer DKFZ, réputé pour être extrêmement hostile au vapotage, déclare dans le Berliner Morgenpost
"En ce qui concerne l'applicabilité des résultats aux humains, je suis très sceptique"
"Il aurait été intéressant si l'étude avait, en plus des souris témoins non traitées, un groupe de souris exposé à la fumée de tabac"
"Cette étude ne permet malheureusement aucune compréhension sur ce point"

[31-01-2018 à 15h] La Fivape, fédération indépendante de sprofessionnels de la vape en France, publie un communiqué sur l'affaire. Extrait : "Bizarrement, la grande majorité des média publie invariablement une information fausse et sensationnaliste, pour le plus grand bonheur de l’industrie du tabac et/ou de l’industrie pharmaceutique. Ainsi en est-il de l’étude de cette fin janvier où la conclusion intéressante, qu’il aurait été judicieux de retenir, est la suivante : “ contrairement aux cigarettes de tabac qui contiennent des nitrosamines et de nombreuses molécules cancérigènes résultant de la combustion, la cigarette électronique contient de la nicotine et des solvants organiques relativement sans danger. Des études récentes montrent que des “fumeurs” de cigarette électronique, de manière similaire aux NRT (nicotine replacement therapy), ont 97% de NNAL (nitrosamines cancérigène pour les poumons) en moins que les fumeurs”. Autrement dit, les aérosols de cigarette électronique sont 97 % moins nocifs que la fumée du tabac en ce qui concerne les molécules ciblées par l’étude !"

[31-01-2018 à 16h30] Hamid Bbk, vendeur spécialiste du vapotage, post sur le FB de la Tribune du vapoteur: " [...] Le clou du spectacle, là où je me suis attaché car c'est un peu plus mon domaine, c'est le matériel utilisé. Lisons la description du matos: "ECS Generation and Mice Exposure. E-cigarette aerosol generator (e∼Aerosols) was used to produce E-cigarette aerosols from NJOY top fill tanks (NJOY, Inc.) filled with 1.6 mL of e-juice with 10 mg/mL nicotine in a propylene glycol/vegetable glycerin mixture (50/50 by volume; MtBakerVapor MESA). Each day the tanks were filled with fresh e-juice from a stock mixture, and the voltage was adjusted to produce a consistent wattage (∼1.96 A at 4.2 V) for each tank. "
Résumons: Ils ont utilisé du liquide nicotiné en 10mg/ml, en 50/50 PG/VG ; avec 2 atomiseurs "NJOY top fill tank" de 1,6ml ; à une puissance de 8W environ ; et petite précision, des bouffées de 4s pour 30 secondes de repos. Jusque là ça parait plutôt gentil. On pourrait pourrait se demander "mais où est ce que ça a merdé?". "1,6ml Top fill tank" 🤔... cela ne vous dit rien???
Maintenant, si je dis un PUT...N de CE4, qui ne résiste pas à plus de 6 Watts, qui déteste le e-liquide en 50/50 ainsi que les longues taffes, ca vous parle un peu plus? Résultat: dry hits et compagnie
Forcément c'était c'etait la fête à la combustion, avec Mr Formaldéhyde et Madame Acroléine au platines... Open bar de toxiques cancérogènes... Je dois toutefois présenter mon respect et mon admiration aux vaillantes souris qui ont survécu à ce traitement. Elles ont surement essayé de prévenir les laborantins du problème, mais bon... foutu barrière de la langue!!!
Elles ont survécu certes, mais pas sans séquelles, c'est clair, et il est à peut près évident avec ce régime, que des anomalies apparaissent. Bref, ils ont simplement reproduit l'étude de Portland (qui affirmait que la vapeur de e-cigarette pouvait contenir autant, voire plus de formaldéhyde et d’acroléine que dans la cigarette) avec les même atomiseurs mis en cause. Etude dézinguée depuis longtemps et reproduite également dans des condition normale d'utilisation des cigarettes électronique.
Heureusement cette fois là les "cobayes" pouvaient parler et on peut lire à ce propos : "Le phénomène des dry puffs a été identifié par 8 participants dès 4 V (7,3 W), par 15 autres à 4,2 V (8 W) et 3 à 4,4 V (8,4 W). 88 % des participants à l’étude détexaient des bouffées sèches à 4,2 V, c’est pourquoi 4,0 V a été défini comme la limite supérieure d’utilisation réaliste.""
https://fr.vapingpost.com/letude-de-portland-sur-le-formal…/ (source vaping post)
Ma conclusion, et bien sûr elle n'engage que moi, c'est que la nicotine n'a rien à voir dans le résultat de cette étude, mais bel et bien le matériel utilisé absolument pas adapté... De nombreuses études sérieuses précédentes et similaires ont démontré la faible nocivité de la nicotine. De plus, une expérience, sans groupe de comparaison comprenant des souris exposées à la cigarette ou à du e-liquide sans nicotine n'a qu'un objet: attaquer la nicotine. La vape, et en particulier un matériel impropre à cette expérimentation, soigneusement choisi, a simplement permis d'obtenir ce résultat."

MàJ: Au 1er février, les réactions continuent:

Libé Désintox, qui a de bonne source y compris ce blog [auto-congrat inside], a publié un bon article de debunk. On regrettera la chute sur la nicotine, que 40 ans d'usages de Nicorettes ne valident pas.

Dans sa chronique hebdo sur France Inter, le Dr Dominique Dupagne a éviscéré en 2 mn la campagne de peur de l'AFP et le harcèlement scientifique contre le vapotage. Les articles sur le risque de de la vape c'est un peu comme parler du risque de cirrhose du foie par la bière sans alcool... Absolument prendre les 2 mn pour l'écouter absolument !

Explications lumineuses d'Eric Blouin, expert toxicologue, sur le Vaping Post. Les souris prises pour l'expérience sont connues de longue date pour leur tendance à développer des tumeurs, et il pointe du doigt la question de dégagement d'aldéhydes par surchauffe en survoltage.
Hamid Bbk pointait cet aspect hier (voir plus haut) en partant de l'aspect matériel: un vieux CE4 prévu pour max 6 W, branché sur un mod le poussant à 8 W en sur-régime avec un liquide épais. Des remplissages et une surveillance douteuse à la lecture de l'étude et des interviews du chercheur...
Bref du dry-hit volontairement produit pour gazer les souris :(

Mais enfin, il semble qu'il y ait des photos des souris de l'expérience. Ca fait peur !


La nouvelle Association des vapoteurs italiens ANPVU a publié un communiqué pour décortiquer l'étude et sa médiatisation. Le communiqué cosigné de Carmine Canino, président de l'ANPVU, et de la Dr Francia Fortunato, souligne les doses exagérément irréalistes administrées aux souris et le manque de précision sur le protocole d'expérience. Le manque de groupe témoin soumis à la fumée de cigarette rend peu éclairante l'expérience. La présence suffisament forte de nitrosamine spécifique au tabac (NNK), cancérigène connu et supposé par l'étude être la cause des altérations d'ADN est étrange en regard de l'usage de nicotine purifiée de qualité pharmaceutique (USP) dans les liquides de vapotage. Comme d'autres spécialistes qui se sont penchés sur l'étude (voir ci-dessus), l'ANPVU soupçonne que des toxiques ont été produits artificiellement par surchauffe lors de l'expérience. SkyVape a présenté le communiqué de l'ANPVU.
Lien vers le communiqué https://docs.google.com/document/d/e/2PACX-1vRB5wF5GVAn74gbQkwShC40h-KCO7ggMAz2GkeaGBw8hdEDM4uI8KtCIZaP53xJwFBr5l6A1sqrJWXK/pub
(Je pense arrêter les mises à jour de cet article. Sauf si...)
* ‘E-cigarette smoke damages DNA and reduces repair activity in mouse lung, heart, and bladder as well as in human lung and bladder cells’ par Hyun-Wook Lee et al. dans PNAS 29 janvier 2018 http://www.pnas.org/content/early/2018/01/25/1718185115


vendredi 17 novembre 2017

[Ristrett'] Le vapotage pour aider les fumeurs en souffrance psychique au Royaume-Uni

"Le vapotage offre une nouvelle chance aux fumeurs souffrant de maladies psychiques qui n'ont pas été en mesure d'arrêter avec d'autres méthodesIl devrait être offert comme une méthode légitime de cesser de fumer dans tous les milieux de santé mentale", résume Alyssa Best du Cancer Research UK (CRUK). Elle est l'auteure du nouveau rapport sur le vapotage du Mental Health & Smoking Partnership, qui regroupe douze organismes de santé britanniques, dont l'Action on Smoking and Health (ASH), le Royal College of Psychiatrists (RCP-UK) ou encore Rethink Mental Health. "Davantage doit être fait pour aider les fumeurs ayant des problèmes de santé mentale à cesser de fumer, y compris l'accès au vapotage et à d'autres traitements", insistent les organisations de bienfaisance sur le site du CRUK

Les personnes en souffrance psychique sont fortement plus susceptibles de fumer que la population générale. Au Royaume-Uni, 16% de la population fume, tandis que ce sont jusqu'à 70% des patients de certaines unités psychiatriques. Cet écart s’accroît alors que le tabagisme décline dans la population, la part de fumeurs en souffrance psychique n'a pas varié ces vingt dernières années."Cette grande inégalité mène à la mort prématurée et à des années de maladie chronique pour beaucoup d'entre eux. Le vapotage offre une nouvelle opportunité à ces personnes de s'éloigner du tabagisme et d'éviter le terrible fardeau de la mort et de la maladie qu'il cause", explique la Pr Ann McNeill, coprésidente du Mental Health & Smoking Partnership. Ce sont de dix à vingt "années de vie volées" aux personnes touchées par un problème psychique, principalement à cause du tabagisme, selon l'analyse de l'ASH.

Lorsqu'il est facilement accessible, le vapotage accompagné de bons conseils et d'une information honnête, rencontre un bon écho chez les personnes en détresse psychique. La part de fumeurs désirant arrêter est aussi grande dans ce groupe social que dans le reste de la population. "Les utilisateurs de nos services ont demandé massivement de pouvoir utiliser le vapotage pendant un séjour en milieu hospitalier. Notre organisation a soutenu cela en offrant des vapoteuses jetables gratuites à l'admission", témoigne Lesley Colley, du National Health Service (NHS) de Tees, Esk and Wear Valleys. Résultat de cette opération menée depuis mars 2016, le tabagisme est passé de 43% à 28% chez les usagers de ses services.



dimanche 15 octobre 2017

Le vapotage est un "outil phénoménal" pour les médecins généralistes britanniques

Harceler un fumeur pour le faire arrêter est contre-productif. "C'est négatif, peu importe comment vous le maquillez. C'est irritant et n'apporte aucune nouvelle info. Cela encourage le conflit et le déni", explique le Dr Alex Bobak. "Vous avez affaire à quelqu'un très probablement accro à ses cigarettes. Si vous imposez un point de vue adverse à un accro, le déni se déclenche et vous l'avez perdu", poursuit le médecin au Congrès annuel du Royal College of General Praticioners (RCGP) à Liverpool cette semaine. Le généraliste, basé dans la banlieue sud de Londres, est accompagné, dans cette session dédiée à la prévention du cancer, des Prs Richard Roope et Linda Bauld, tous deux du Cancer Research UK (CRUK). L'arrêt du tabagisme est une des approches les plus efficaces pour réduire le fardeau du cancer, selon les participants. 

Pour Richard Roope, les praticiens vont affronter une "tempête de cancers" avec le vieillissement de la population associé à la malbouffe et le tabagisme. Il y a désormais chaque jour, 1'000 cancers diagnostiqués au Royaume-Uni. D'où l'importance de se doter d'une approche efficace pour aider les fumeurs à quitter les cigarettes au lieu de les braquer. Le vapotage ouvre un "territoire passionnant" et "va jouer un énorme rôle pour l'arrêt tabagique à l'avenir", estime le Dr Roope. Avis partagé par la Pr Linda Bauld. "Le message crucial est que le vapotage est extrêmement plus sûr que le tabac. Mais les patients ne réalisent pleinement des bénéfices de santé que s'ils se convertissent au vapotage et arrêtent totalement de fumer", souligne la chercheuse de l'Université de Stirling.

"Nous devrions voir des résultats très encourageants pour arrêter de fumer. Lorsqu'ils sont utilisés au quotidien et avec de fortes concentrations de nicotine, ces produits peuvent aider les gens à sortir du tabagisme", indique Linda Bauld. Le Dr Alex Bobak ajoute que le vapotage est "une aide à l'arrêt phénoménale", tout simplement parce que les patients "l'aiment vraiment". Avant de conclure la session devant l'assistance de médecins: "Nous ne connaissons pas exactement les risques à long terme, bien qu'il est clair qu'ils seront probablement minimes. Mais nous connaissons les risques à court terme: ils sont similaires aux substituts nicotiniques et c'est très faible. Les fumeurs veulent pouvoir choisir et bon nombre veulent les utiliser. Laissons-les le faire"


dimanche 24 septembre 2017

Stoptober en Angleterre: [MàJ] Un enfumage du Sun m'a foutu dedans: Pas de censure des pubs pour arrêter de fumer

[Mise à Jour 26.09.2017 à 20h40] Selon le Vaping Postl'affaire rapportée par le Sun n'existerait pas. Le Cancer Research  UK et l'Advertising Standards Authority (ASA) nient qu'il y ait eu quelconque tentative de blocage des annonces de la campagne Stoptober. Sur son blog, Clive Bates a ajouté une mise à jour : " Le Cancer Research UK déclare qu'il n'a pas été "empêché de faire quoi que ce soit par l'ASA, et rien n'explique pourquoi cette histoire est apparue". Les pubs du Public Health England passaient à la télé hier soir encore." Désolé, de nous être fait enfumer par le Sun et d'avoir colporté cette désinformation... :(

"Couldn't vape it up! Les annonces anti-tabagisme du Cancer Research interdites à cause de règles débiles de Bruxelles". Avant-hier, le Sun révèle que l'Agence de contrôle des publicités (ASA) aurait refusé d'autoriser la campagne de l'organisation de charité contre le cancer durant Stoptober. Son thème "Quit or switch" - arrête ou passe au vapotage - fait un pied-de-nez au vieux slogan obsolète et meurtrier du "quit or die" - arrête ou meurt -. Mais la campagne de santé publique serait censurée en raison de l'interdiction des bureaucrates européens"Le comité sur les pratiques publicitaires a implémenté la règle de l'Union Européenne (UE) en février qui rend illégal la promotion "indirecte" de produits nicotinés, ce qui inclut le vapotage", expliquent Harry Cole et Ben Lazarus, les auteurs de l'article. En août, l'ASA avait déjà reçu une dénonciation anonyme contre une annonce pour un produit de vapotage.

Le Cancer Research va t-il défier la censure européenne?

Cependant, l'oeuvre de bienfaisance britannique contre le cancer pourrait passer outre. "Des sources nous ont déclaré que les dirigeants du Cancer Research réfléchissent à ignorer la censure et prendre le risque d'une bataille en lançant la campagne", précisait la première version de l'article du Sun (datée du 22 septembre au soir). "Le Département de la santé a réagit aujourd'hui pour soutenir que les campagnes de santé publique devraient être exemptées des règles de Bruxelles", précise l'article mis à jour hier.

Le spot Stoptober passera t-il comme prévu à la télé anglaise en octobre?


Le règlement en voie de réforme

L'organe de contrôle ASA a finalement aussi commenté la situation. "Nos règles interdisent les pubs pour les produits de vapotage sans licence [pharmaceutique] et contenant de la nicotine dans la ligne des lois Européennes qui ont pris effet en 2016. Les annonces pour des produits et les marques sont interdites et ne sont plus diffusées à la TV ou la radio depuis l'an passé", explique un porte-parole de l'organisme. A l'écoute des plaintes contre l'absurdité de ce règlement, il souligne avoir entendu que le Public Health England estime que la prohibition devrait ne pas couvrir les campagnes de santé publique concernant "la réduction des méfaits du vapotage contre ceux des cigarettes".

L'organe de de contrôle publicitaire est justement en train de proposer une réforme de son règlement sur ce point. Une consultation publique est ouverte jusqu'au 16 octobre. La règle édictée en février avait été vertement critiquée pour ses effets absurdes et néfastes, notamment par l'Association des professionnels de la vape indépendante britannique IBVTA. La perspective du Brexit devrait aider les britanniques à s'affranchir de ces limitations délétères imposées par les bureaucrates bruxellois, malgré la pression intense du lobby pharma pour les maintenir en place.

[Mise à jour 24-09-2017 à minuit] Clive Bates, sur son blog, estime que le problème provient de la réglementation excessive de l'ASA, au-delà de ce qu'impose la Directive européenne TPD et son implémentation britannique dans le Tobacco & Related Products Regulation (TRPR). Celles-ci ne visent que les publicités commerciales ou provenant d'entreprises commerciales. "Il est important que les institutions de santé respectées puissent promouvoir des approches génériques pour arrêter de fumer, y compris l'utilisation du vapotage. Le traitement de ce type de publicité devrait être distingué des publicités "dans le cadre d'une entreprise" ou d'une communication commerciale. La faute ne réside pas dans le droit européen, du moins tel qu'il a été interprété par le Royaume-Uni. Elle incombe à la transposition incompatible de la directive dans le règlement de l'Agence de contrôle publicitaire (BCAP)", explique t-il.

En contraste, des voies de défenseurs du vapotage s'élèvent sur les réseaux sociaux pour rappeler que ce risque de censure de l'information sur la réduction des méfaits sur la base des textes de la directive européenne avaient été soulignées et ignorées en son temps. Les propos très agressifs du Commissaire européen Andriukaitis à l'encontre des vapoteurs semblent bien illustrer cette intention de la bureaucratie bruxelloise contre les personnes arrêtant de fumer.
En France, comme la capote dans les années 1980'

En France, la Loi santé Marisol Touraine a également introduit l'interdiction de publicité et propagande, directe et indirecte, à l'encontre des produits de vapotage sous peine d'une amende jusqu'à 100'000 €. Imitant ainsi la vieille loi de censure contre les préservatifs en vigueur jusqu'à son abrogation en 1986 par la Ministre Michèle Barzach. Depuis l'intronisation de la censure, les chaînes de télévisions publiques semblent évacuer ou traiter de manière négative, jusqu'à l'outrance, le sujet de l'arrêt du tabagisme à l'aide du vapotage. Une consultation par l'association Sovape montre l'étendue du problème de liberté d'expression et du droit à l'information pour préserver sa propre santé que pose cette censure scélérate.

Si vous êtes résidents en France, ne visionnez pas cette vidéo, cela vous est interdit

En Suisse, la CFPT espère bâillonner les médecins

Hors de l'Union Européenne, la Suisse n'a pour le moment aucune règle contre l'information sur le vapotage. Un ensemble de lobbys intéressés à préserver le tabagisme et son cortège de malades friands de médicaments, réclament une censure totale dans la prochaine réglementation. La Commission Fédérale Tabac (CFPT) va jusqu'à exiger l'interdiction aux professionnels de santé d'informer les patients et le public sur le sujet.