Licence Creative Commons: Attribution (BY) + Non Modification des partages (ND)
Affichage des articles dont le libellé est Association of Vapers India. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Association of Vapers India. Afficher tous les articles

samedi 2 septembre 2017

[Expresso] Vape Expo India menacée d'interdiction à une semaine de l'ouverture

"Nous avons fait les demandes d'autorisation en mars 2017 et la notification d'interdiction arrive à seulement une semaine de l'ouverture". La série de tweets du Vape Expo India expriment le désarroi de l'organisation du salon censé se tenir les 9 et 10 septembre à New Delhi.
De son côté, Rakesh Gupta, activiste anti-vape du Punjab, indique triomphant que la décision d''interdire la tenue du salon viendrait du haut de l'Etat.

Les voix de la réduction des méfaits étouffées ?

A quelques jours de l'événement, organisateurs, exposants et participants se retrouvent dans l'incertitude alors que certains sont déjà sur place pour préparer le salon. Pour le moment, difficile de savoir ce qu'il adviendra, même si les organisateurs travaillent à permettre sa tenue et appellent à rester calme..

La très attendue conférence du Pr Rafesh N. Sharan, de l'Université de North-Eastern Hill, pourra t-elle y avoir lieu? Le biochimiste a cosigné une lettre remarquée avec le Pr M Siddiqi, directeur de la Fondation contre le cancer indienne, début août pour appeler les autorités à ne pas priver les fumeurs indiens d'une alternative pour sortir des cigarettes.

Cette initiative s'oppose au projet de prohibition du vapotage qui pourrait être imposée en Inde au niveau fédéral. Cinq Etats ont déjà décrétée une telle interdiction. Mais un an après son entrée en vigueur au Karnataka, les vapoteurs indiens viennent de déposer un recours en justice contre celle-ci, ayant mis à jour que les soi-disant études la justifiant n'existent pas.

120 millions de fumeurs livrés au tabac

La situation est tendue pour la vape en Inde malgré le nombre croissant de vapoteurs réussissant ainsi à quitter le tabagisme. Parmi les grands producteurs mondiaux de tabac, l'Inde a fait le forcing lors du dernier sommet de l'OMS sur son sol pour faire interdire l'outil de réduction des méfaits sans tabac ni combustion. La bataille pour l'accès au vapotage est loin d'être finie dans un pays qui compte plus de 120 millions de fumeurs. Pourtant, une étude de l'Université de Bangalore estime que le vapotage pourrait éliminer le tabagisme indien dans les trente années à venir, si les autorités le soutiennent...


mardi 22 août 2017

Les vapoteurs indiens font recours contre l'interdiction du vapotage au Karnataka

Le recours des vapoteurs a été admis aujourd'hui par la Haute-Cour de justice du Karnataka. Le 15 juin 2016, cet Etat du sud-ouest de l'Inde interdisait le vapotage. UT Khader, son Ministre de la santé, justifiait alors la décision sur la base d'études menées par le Comité de prévention du cancer. Sauf que ces recherches censées démontrer les dangers du vapotage n'ont jamais existé. "Une requête sur la base du droit à l'information (RTI) a montré que ces études n'ont pas été menées, ce qui fonde le dépôt de ce litige d'intérêt public (PIL)", explique le communiqué du Conseil pour les alternatives à risque réduit.

Samrat Chowdhery, son porte-parole et également dirigeant de l'Association des vapoteurs d'Inde (AVI), demande d'abroger l'interdiction injustifiée et d'élaborer une réglementation sur la base des études scientifiques réellement existantes. "Non seulement le vapotage est au moins 95% plus sûr que de fumer, mais c'est aussi une méthode d'arrêt du tabagisme efficace", précise le communiqué. Le recours argumente le bénéfice de santé publique que peut apporter le vapotage. L'Etat du Karnataka a désormais six semaines pour envoyer sa défense à la Haute-Cour de Bangalore. Avant un verdict à une date encore indéterminée...

PS. La réponse à la requête en droit à l'information sur les prétendues études pour fonder l'interdiction du vapotage de l'Etat du Karnataka (source > annexes C):







dimanche 6 août 2017

Inde: les vapoteurs demandent au Ministre de la santé de reconsidérer le projet de prohibition

"Une telle décision compromettrait le potentiel de réduction des méfaits des produits de vapotage. Ce serait un vol d'un droit pour des millions de fumeurs et de vapoteurs en Inde". L'Association des Vapoteurs Inde (AVI) demande au Gouvernement de reconsidérer son projet de prohibition du vapotage. Annoncé par la presse suite à un rapport d'un comité technique, l'éventuelle interdiction totale du vapotage en Inde priverait les plus de cent millions de fumeurs locaux d'accès légal à cette alternative de consommation de nicotine à risque fortement réduit. "Récemment le Collège Royal des Médecins britannique a publié un rapport scientifique analysant des dizaines d'études et conclue que le danger pour la santé à long terme de l'inhalation de vapotage est susceptible d'être en dessous de 5% des risques de fumer des cigarettes", rappelle l'organisation des usagers dans sa lettre du 1er août à Jaggat Prakash Nadda, le Ministre de la santé. 

L'Inde à contre-courant

L'outil est déjà utilisé par de nombreux organismes d'aide à la sortie du tabagisme et des millions d'utilisateurs de vapotage se sont libérés de la cigarette à travers le monde. Un phénomène qui amène des pays à l'intégrer à leur politique de santé. L'AVI cite le très récent plan "pour une génération sans fumée" du Gouvernement britannique: "Aider les gens à quitter le tabagisme en autorisant les technologies innovantes qui minimisent le risque de méfait et maximiser la disponibilité des alternatives plus sûres". L'Etat fédéral américain, par l'entremise de la Food and Drug Administration (FDA), prend aussi le chemin d'utiliser le vapotage contre les cigarettes dans son nouveau plan anti-tabac. "Scott Gottlieb, le Commissaire de la FDA, reconnait l'importance des mécanismes de délivrance de la nicotine et il annonce un changement de réglementation pour pousser les fumeurs à passer au vapotage", souligne l'Association indienne.

Consulter les usagers

Les représentants des vapoteurs déplorent que l'Inde semble prendre le chemin inverse. Dans un pays frappé par le tabagisme, où plus de 900'000 personnes en meurent chaque année selon les estimations officielles, ils regrettent l'orientation anti-vape prise sur la base d'une évaluation unilatérale. "Nous demandons aussi au Ministère de la Santé de prendre une approche plus consultative (...). Nous serions heureux d'avoir l'opportunité d'expliquer plus en détails notre position et présenter au Ministre des personnes pour qui le vapotage a fait la différence entre une mort certaine et la vie."